La France vue d'ici...

La réforme sinon rien

28 Mai 2014 , Rédigé par Julien DIDRY

Au lendemain des élections européennes, chacun y va de son analyse. Alors moi aussi… Cette percée FN au niveau national n’est pas une surprise. Le contexte économique, le repli sur soi, le comportement des politiques, le chômage, l’insécurité, la sensation d’inégalité, d’injustice sociale, une élite politique déconnectée des réalités du terrain etc... bref un cocktail explosif qui fait le terreau des votes extrêmes… Si on ajoute les dernières affaires à l’UMP, il ne faut pas s’étonner que le fracture entre les politiques et le peuple devienne abyssale.

Alors comment faire pour restaurer un peu de confiance ? Il va falloir un choc radical pour inverser cette tendance. On nous a parlé de moralisation de la vie politique, mais où est-elle ? Je ne vais pas y revenir ici, vous pouvez lire un article publié sur ce bloc en juin dernier (lire ici).

C'est une réforme immédiate qu'il faut. Et ne pas renvoyer tout à 2016-2017 comme la réforme des régions... Encore un bel exemple de "on se moque de nous"... où on octroie une rallonge de mandat aux conseillers généraux et régionaux. ​(lire ici). Peut-être que les derniers événements électoraux vont pousser le Président à accélérer le calendrier...

Touche pas à mes avantages
Il va falloir aussi sortir de cet individualisme enfanté par notre société. Le “touche pas à mes avantages” est prégnant à tous les échelons. Mais comment demander des efforts aux gens, si l’élite politique s’en exempte ?

Parallèlement, il va falloir parler de coalition. Coalition, un gros mot en France. On est dans une logique de conquête de pouvoir qui débouche sur une critique systématique de l’autre quel qu’il soit, à droite comme à gauche. Pourtant sur certains sujets essentiels, on aura pas d’autres choix que de faire une coalition. Car aujourd'hui, aucun parti politique voire aucune majorité politique, n'a une base électorale suffisante pour réformer le pays. 

Si on résume, il faut une réforme immédiate avec une réduction du train de vie de l'élite et ensuite mener 4 ou 5 réformes majeures dans le cadre d'un gouvernement d'union nationale ou autour d'un programme républicain dépassant les clivages gauche/droite ?

Simple à écrire, moins facile à mettre en oeuvre j'en conviens, mais compte-tenu de la situation du pays, ils n'auront pas le choix. Alors plutôt que de le faire sous la contrainte, ne serait-il pas plus judicieux de l'anticiper ? 

Je pense que les français sont prêts à accepter des sacrifices à condition que les efforts soient justement répartis et que la direction proposée soit claire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marion 30/05/2014 13:23

Les sacrifices ?? c'est aux 20 millions d'état-dépendants d'en faire (Retraités, politiques, fonks, assujettis sociaux en tous genres ) .... ce sont eux qui vampirisent le système comme nul part ailleurs, ou peut être,si comme dans l'Ex- URSS ...

Fonteray Michel 29/05/2014 17:16

Il y a longtemps que le train de vie de l'élite aurai du être réduit, au moins elle aurai foi dans ce qu'elle fait, peut on encore espéré ???