La France vue d'ici...

La Meuse demain

2 Octobre 2015 , Rédigé par Julien DIDRY

Pas simple de se projeter dans l'avenir quand la situation économique, sociale etc... est très compliquée. Mais il n'est pas inutile de temps en temps de prendre un peu de recul, de mettre de côté les échéances électorales. C'est plus simple quand on ne considère pas la politique comme une finalité personnelle, mais comme un moyen d'actions pour faire évoluer, entre autres, nos territoires.

Justement, les territoires comme les nôtres sont à un virage. Pourquoi ? Replaçons cela dans le contexte. Le changement est déjà sociétal. Les nouvelles générations travailleront moins de 10 % de leur vie, si on considère qu'ils vivront jusqu'à 100 ans. Contrairement aux générations précédentes, le travail (qui est important pour faire tourner la machine), n'est qu'une composante de leur vie. Pour autant, cela ne veut pas dire que le travail n'est pas important pour eux, mais la relation est différente. D'ailleurs, les entreprises françaises doivent s'adapter à ces évolutions.

En conséquence, 90 % du temps est consacré aux loisirs, au sommeil, au temps libre, à la famille etc… On peut dire c'est bien, pas bien, là n'est pas la question en ce qui me concerne dans ce billet. Il faut donc s’appuyer sur ce temps hors travail pour en faire un moteur d’attractivité. Pour attirer des entreprises aujourd'hui, il faut séduire les salariés. D’ailleurs, il suffit de voir la difficulté des entreprises en Meuse à attirer du personnel qualifié. Avant, les collectivités réalisaient des zones économiques avec des prix au M2 attractifs et ça suffisait, mais ça c'était avant... Il suffit de regarder les zones qui ont des difficultés à se remplir autour de nous.

L’avenir, c’est le réseau au sens large
Nous avons donc une carte à jouer, car nous disposons de points forts, notamment l’espace, la qualité de vie etc.... Toutes les enquêtes le démontre, de plus en plus de français aspirent à vivre en dehors des grandes zones urbaines, à condition que leur domicile soit connecté aux réseaux, qu’ils soient ferroviaires, routiers, numériques, culturels etc… 

On est dans une société de la mobilité, ce qui est une chance pour nos territoires à condition de prendre le virage numérique. L’une des priorités est d’investir dans le très-haut débit. L’argent public sera de plus en plus rare, il faut donc faire des choix.

L’attractivité économique est donc fortement liée à l'attractivité du territoire. La Meuse est moins «cotée» pour les français en quête d'une autre vie. D’autre part, la ruralité n’a pas toujours bonne presse et bien entendu, notre département est fortement marqué par la grande guerre. Trois raisons qui contribuent naturellement à une image «particulière». 

Finalement, je trouve que nos contraintes peuvent être transformées rapidement en opportunités. Je dis rapidement, mais il faudra 5 ans si on se mobilise tous. Je rêve ? Certes, mais je ne souhaite pas que nos rêves laissent la place aux regrets...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article