La France vue d'ici...

Courrier au Ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique

9 Novembre 2014 , Rédigé par Julien DIDRY

Monsieur Emmanuel MACRON
Ministre de l’économie, de l’industrie
et du numérique
139, RUE DE BERCY
75572 PARIS CEDEX 12

Monsieur le Ministre,

Une rencontre dans le cadre des « assises des ruralités » vient d’être organisée en Meuse par Madame la Ministre du Logement, de l'Egalité des territoires et de la Ruralité, Sylvie PINEL. Même si le thème retenu pour cet atelier n’était pas le numérique, c’est un sujet qui a fait l’objet de nombreuses questions d’élus présents.

Et pour les territoires ruraux, le numérique est une extraordinaire opportunité car nous vivons une évolution sociétale en terme d’attentes des habitants en matière de qualité de vie. Toutes les études le démontre, de plus en plus de français aspirent à vivre en dehors des grandes zones urbaines, à condition que leur domicile soit connecté aux réseaux, qu’ils soient ferroviaires, routiers, numériques, culturels etc…

Ces évolutions sociétales sont à mettre en perspective avec les questions à se poser sur la limitation de la «verticalisation urbaine» et les concentrations dans les cités, tout en limitant l'étalement urbain et sa consommation de terres agricoles qui doivent nourrir une population mondiale croissante. Les territoires ruraux qui représentent 80% du territoire français ont indirectement un rôle majeur à jouer dans la politique de la ville et du logement. En effet, nos départements seront une terre d'accueil pour de nouvelles populations, à condition de devenir un territoire engagé dans la modernité et connecté aux grands pôles urbains régionaux.

Concernant le numérique, vous avez indiqué Monsieur le Ministre «que la meilleure réponse aux problèmes de la ruralité, le meilleur remède à l’isolement, passait par le plan France très haut débit»

Lors de mon intervention aux assises des ruralité, j’ai souligné les « limites » du plan très haut débit. C’est une excellente initiative qu’il ne s’agit pas de remettre en cause, mais ce dispositif pourrait être complété par une péréquation. En effet, malgré les aides financières du plan THD, le résiduel à la charge des collectivités reste très lourd pour certains départements comme la Meuse. Cette péréquation pourrait être le fruit d’une solidarité entre les zones considérées comme «rentables» par les opérateurs (qui bénéficient ou vont bénéficier de la fibre financée à 100 % par les opérateurs, notamment dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt) et les autres, comme notamment les territoires ruraux, qui doivent financer leurs équipements. Il n’est pas inutile de rappeler que pour les territoires qui bénéficient du Très Haut Débit financé à 100% par les opérateurs, ce sont au total plusieurs milliards d’euros d’économisés.

On a déjà connu une telle situation au siècle dernier avec l’arrivée de l’électricité. En 1936, le parlement a adopté la création d’un Fonds d’amortissement des Charges d’Electrification. Une sorte de péréquation entre les grandes aires urbaines et les communes rurales. Peut-être que sans cela, les ruraux se seraient éclairés plus longtemps à la bougie. Peut-on comparer l’électricité au numérique ? C’est sans doute différent, mais sans un débit de qualité demain, je crains que la lumière s’éteigne dans certaines communes.

Je mène ce combat du numérique et plus largement de l’aménagement du territoire depuis plusieurs années. Et pour montrer que c’est possible, j’ai inscrit ma commune (734 habitants) dans cette voie depuis 10 ans. Nous avons bénéficié d’un aménagement de réseau nous permettant d’être éligibles à l’ADSL, puis au VDSL. Grâce à cela, nous avons mis en place de nombreuses initiatives d’attractivité numérique avec entre autres, un centre de formation numérique, un laboratoire de fabrication numérique (fablab) ou encore un espace de coworking qui regroupe aujourd’hui 7 bureaux partagés (tous loués). Nous allons étendre cet espace avec 9 bureaux supplémentaires. Je suis convaincu qu’il est possible de multiplier certaines de ces initiatives, notamment dans le domaine du télétravail, à condition d’avoir un débit de qualité.

Je ne sais pas si ce courrier arrivera jusqu’à vous, mais en attendant je vous remercie pour tout l’intérêt que vous portez à l’économie numérique, gisement d’emplois pour la France.
Dans l’attente de vous lire, je vous prie Monsieur le Ministre, de croire en mes salutations les plus respectueuses.

Julien DIDRY
Maire de Bras sur Meuse
Président de la Communauté de Communes de Charny
Président de la fédération des communautés de communes du Pays de Verdun

 

Courrier au Ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

GEROME 13/12/2014 18:06

Bonsoir ,

Victime de zone blanche ou internet n'arrivera jamais , je partage votre conviction.

Cordialement
MARC GEROME
ANCIEN PRESIDENT ARDICOM STENAY

bossu alain 12/11/2014 10:31

julien,

J'espère qua ta démarche ne restera pas lettre morte et je partage ton avis sur l'avenir du télé travail. Je pense cependant que son développement ne pourra se faire de manière significative que par le désenclavement de notre région, la qualité de vie de celle-ci ne peut s'exonérer des services nécessaires à la venue de nouvelles populations.
Bonne journée
Alain

dupraz 09/11/2014 20:36

Joint