La France vue d'ici...

Faut-il se tirer une balle dans le pied ?

10 Novembre 2015 , Rédigé par Julien DIDRY

Le 6 décembre, autant dire demain, se tiendra le premier tour de l’élection régionale. Malgré les enjeux majeurs de cette échéance, cette élection ne semble pas passionner les foules. Réforme incomprise, menée dans la précipitation et une élection en plein cœur de l’hiver. Un cocktail qui favorise l’abstention… De plus, le «climat» national, le rejet des politiques, les inquiétudes pour l’avenir, le chômage etc… renforcent les extrêmes. Un phénomène encore plus prégnant dans les territoires ruraux comme la Meuse. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour que le parti de la famille Le Pen fasse un score encore plus important. Et elle l’a bien compris, en cochant sur la carte de France, le Grand Est comme une région « prenable ».

Et dans ce contexte, le FN n’a pas besoin de faire trop d’efforts et peut même se permettre des parachutages de haut vol. Déjà avec leur tête de liste régionale, Floriant Philippot, énarque nordiste de passage le temps d’une élection et bien plus préoccupé par son destin national. Et pour porter la liste FN en Meuse, c’est un conseiller municipal de Forbach qui connaît la Meuse comme moi Forbach… Mais c’est leur droit et ils savent très bien que les candidats importent peu. Ils surfent sur une envie de révolution ambiante.

On peut comprendre cette envie de révolution. Augmentation des inégalités, injustices, rejet de la politique etc… Je l’ai déjà écrit à plusieurs reprises ici sur ce blog et depuis longtemps, c’est une bombe à retardement qui risque d’exploser bientôt… Moi qui suis au contact des citoyens tous les jours, notamment dans le Nord Meusien, je n’ai jamais senti un tel climat. Mais là on est dans un débat local et est-ce que le FN est la solution ? Personnellement je ne le pense pas. Il ne s’agit pas de juger (et d’ailleurs de quel droit), celles et ceux qui votent FN et heureusement, chacun est libre de penser et de faire ce qu’il veut. Mais il faudra savoir en tirer les conséquences, car n’oublions pas « qu’il y a toujours plus de lendemain que de jour ».

Sur cette élection, j’invite les meusiens à être égoïste… et à prendre conscience des enjeux. Avec cette loi et les nouvelles compétences qui lui sont transférées, c’est à la grande région que l’avenir de nos territoires va se jouer. En Meuse, plus qu’ailleurs, on accuse un retard dans de nombreux domaines. C’est sans doute pour cela que le FN fait un score important. Mais que proposent-ils ? A part jouer avec les questions nationales, qui ne sont pas de la compétence de la Région…

Mais je reste résolument optimisme quand à l’avenir de ce département, si on se mobilise encore plus. Nous sommes à un moment charnière où doit s'écrire l’après 2020, l’après centenaire. Et pour écrire notre avenir, je ne compte pas sur des gens qui n’ont que faire de la Meuse. A moins qu’on veuille se tirer une balle dans le pied... Après c’est à vous de décider.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article