La France vue d'ici...

Et Maintenant ?

18 Juin 2012 , Rédigé par Julien DIDRY Publié dans #Actu de Bras

Au lendemain de la réélection du Député sortant, que peut-on tirer comme enseignements de ce scrutin ? On voit déjà qu’il n’est pas simple de déloger un élu qui sillonne l’arrondissement depuis des décennies. L’appareil UMP n’a pas suffit, même s’il faut constater que le score de Jean-Louis Dumont est plus serré (avec 51,38 %), alors qu’on est dans une dynamique socialiste post-Présidentielle.  

Pour rappel en 2007, alors que la dynamique était du côté de l’UMP après l’élection de Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Dumont avait été élu plus largement avec près de 53 % des voix.  A l’époque, Arsène Lux, le Maire de Verdun qui avait terminé troisième du premier tour avec 14,85 %, avait appelé à voter pour Claudine Becq-Vinci. On peut juger de l’efficacité des consignes de vote… Par contre en 2007, le score du Front National n’était pas à ce niveau. Aujourd’hui, au-delà des aspects sociologiques, on voit la radicalisation d'une ruralité aux abois.

Et maintenant ? Comme il ne faut pas compter sur les autres pour agir, nous allons nous réunir d’ici quelques semaines pour définir la suite à donner à notre mouvement. L’objectif reste toujours le même, remettre les territoires ruraux au cœur de l’aménagement du territoire en France. Il faut que s’opère une solidarité nationale pour que nos territoires puissent prétendre à des infrastructures vectrices d’attractivité, qu’elles soient routières, ferroviaires ou numériques. Nos départements seront une terre d'accueil pour de nouvelles populations indispensables pour dynamiser l'économie, à condition de devenir un territoire engagé dans la modernité et connecté aux grands pôles urbains régionaux.

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mg55 23/06/2012 23:14


On peut vraiment regretter votre positionnement durant l'entre deux tours de cette élection. En effet, vous avez placé durant toute votre campagne la Meuse au coeur de votre projet et on ne peut
que s'en réjouir.


Cependant, si seul l'interêt pour notre territoire vous guidait lors de cette élection, pourquoi ne pas avoir invité vos électeurs à voter pour Claude Léonard ou au minimum à battre Jean-Louis
Dumont au 2e tour? En effet, en toute objectivité, il est incontestable que Claude Léonard avait plus à apporter au nord meusien (son programme avait d'ailleurs énormément de points communs avec
le votre dans de nombreux domaines) que le député sortant qui nous plonge depuis maintenant presque 30 ans dans un immobilisme total.


Alors, bien sûr les électeurs sont toujours libres et peuvent s'affranchir de ces consignes de vote mais quand on voit le reservoir de voix que représentait votre score au 1er tour et quand on
voit qu'il a manqué à peine 900 voix (soit un écart
plus que minime) à Claude Léonard pour l'emporter, permettez moi de penser qu'une consigne claire de votre part aurait été le petit coup de pouce qui aurait fait basculer l'élection.


Quand on analyse avec un peu de recul votre positionnement, on peut vraiment en arriver à se demander si votre candidature n'était pas, derrière vos beaux discours pour la Meuse, une simple
posture pour votre avenir personnel?  (j'ose espérer que non...) En attendant, le nord meusien est reparti pour 5 ans de mort à petit feu...

Julien DIDRY 24/06/2012 08:31



C'est votre avis, je le respecte. Je n'ai rien a rajouter, tout est dit dans l'article... Ensuite, je vous invite vous et vos amis à méditer autour de cette citation : "quand on a un problème et
qu'on a pas la solution au problème, peut-être qu'on fait parti du problème"