La France vue d'ici...

Faire respirer la démocratie

25 Novembre 2014 , Rédigé par Julien DIDRY Publié dans #Politique

J'ai toujours prôné la limitation des mandats dans la durée. A mes yeux, c'est même plus important que le cumul des mandats. Lorsque que j'évoquais le sujet avec des collègues élus au lendemain de mon premier mandat de Maire, ils s'amusaient à dire que je changerais d'avis avec le temps. C'est mal me connaître...

Si on veut donner un nouveau souffle à la démocratie, il est impératif d’agir sur le sujet.  Si les parlementaires, certains élus régionaux ou locaux n’exerçaient pas plus de trois mandats consécutifs, cela aurait des vertus évidentes : renouvellement de la classe politique, diversification de la sociologie des élus, limitation des tendances à l’inertie et au clientélisme, travail dans l’intérêt général etc…

Pour autant, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, il y a des élus qui sont en place depuis longtemps et qui font bien leur travail. Mais cet argument ne suffit plus à maintenir une telle situation qui va nous emmener tout droit dans le mur…

Nous ne sommes pas obligés d’attendre une loi dans ce sens, il suffit de s’appliquer ce principe. En conséquence, c'est donc mon dernier mandant du Maire. Au-delà de tout le travail qui reste à faire à Bras, ce dernier mandat sera aussi celui de la préparation de l'avenir et du passage de relai. On pourrait aussi parler d'une limite d'âge pour être élu, mais c'est un autre sujet... Dans tous les cas, comme beaucoup d'élus en place sont accrochés à leurs mandats, telle une moule à un rocher..., il ne reste qu'une solution et c'est vous citoyens qui l'avez, mais êtes-vous prêts au changement ?...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Sébastien 01/12/2014 17:40

La limitation des mandats, oui, pourquoi pas ? Mais à quoi doit correspondre cette limite ? certainement à un temps raisonnable pour pouvoir mener à bien des projets d'envergure (2 ou 3 mandats).
Ensuite, qui pour succéder ? Là c'est un réel problème, qui acceptera de consacrer le temps à ces tâches avec les émoluments dévolus à ces tâches ? Qui est prêt à lâcher son travail dès qu'il a un peu d'intérêt pour assumer des responsabilités sans pouvoir en vivre ?
Alors après on peut cumuler des fonctions politiques pour finir par faire un niveau de salaire intéressant, mais est-ce cela le but ? Où plutôt, quand est-ce que cela fini par devenir une fin en soi ?
Ce qu'ils conviendrait de faire à mon humble avis, c'est de rendre attrayante ces fonctions en regroupant d'une manière logique toutes ces petites communes. Cela permettrait d'améliorer aussi la disponibilité d'une masse salariale des communes pour traiter les affaires et ainsi aider encore les élus. C'est certainement la première étape pour une rationalisation de la politique française, l'Allemagne le fait, pourquoi pas nous ?
Enfin, on peut être très bon sur un mandat de Maire et ne pas prendre la mesure d'un mandat de conseiller départemental ou régional. Pire, comment peut-on encore voir en France des Ministres passer d'un ministère à l'autre comme si chaque ministère ne demandait pas à avoir une personne ayant des connaissances techniques de son ministère à sa tête ? En quoi par exemple, Mme Pellerin que j'estime par ailleurs (car là n'est pas la question) est équipée pour gérer un ministère ? Cette question là, n'est pas posée dans notre pays et c'est tout simplement dramatique ! Qui n'a jamais vu les tonnes de dossiers jetés par un ministère suite à une alternance politique, comme si ce travail n'avait pas fait l'objet d'une utilisation des impôts français mais que c'était l'oeuvre de quelques politiciens ?
Voilà je dérive, mais plus que la continuité des mandats que Poutine a bien réussi à contourner, il y a des vraies questions de fond sur ce qu'est la politique et comment y donner des attraits à des gens compétents pour gérer, à se poser !
Votre question est importante mais pas seulement celle-ci

Julien DIDRY 09/12/2014 23:30

C'est effectivement une aspiration pour l'intérêt général... Limitation des mandats dans la DURÉE. Pour l'accès aux mandats on peut jouer sur les mots, mais le résultats est le même et les chiffres parlent d'eux mêmes. Le reste ce sont des mots...

Sébastien 09/12/2014 22:22

Votre réponse me semble plus correspondre à vos aspirations qu'à une réflexion globale pour l'intérêt public. J'en attendais plus de votre part.
Le coeur de la problématique reste pour moi la crédibilité des politiques et cela commence par leur représentativité.
L'accès équitable existe, personne est interdit de par sa profession ou origine sociale. Ce dont vous parlez, ce sont des facilités accordées aux fonctionnaires pour exercer un mandat, on n'est pas dans un problème d'équité d'accès mais dans un souci de représentativité par une fonction pas suffisamment rendue attrayante pour le privé (en vulgarisant). Dans un cas on exprime une causalité, dans l'autre une conséquence, le déterminisme est différent.

Julien DIDRY 09/12/2014 07:41

Beaucoup de questions... Soyons pragmatiques "step by step". Limitation des mandats dans la durée et accès équitable aux mandats (75% des élus sont des fonctionnaires, retraités, professions libérales ou pures produits des partis politiques qui n'ont jamais connu le monde de l'entreprise). Concernant la durée, en la limitant, il y aura un renouvellement naturel.