La France vue d'ici...

La parole aux meusiens

10 Février 2013 , Rédigé par Julien DIDRY Publié dans #Politique

Le Conseil  Général vient de publier les résultats de l’enquête «la parole aux meusiens». Bien évidemment, cette enquête ne nous livre pas de scoops,  mais on peut en tirer quelques enseignements intéressants.  A préciser que cette action trouvera tout son sens, si la vision lucide des meusiens se traduit dans des actes qui font entrer la Meuse dans la modernité.

Le premier enseignement est le nombre de réponses, bien au-delà des espérances du Conseil Général. Cet élan démontre que l’avenir de leur département ne laisse pas indifférents les meusiens, mais c’est aussi un signe d’inquiétudes.

Du côté de l’attachement à notre Meuse, pas de surprise, il est fort. Autre point plébiscité, la qualité de vie. Un formidable atout à capitaliser à condition que l’emploi suive. Et justement l’emploi est au cœur des préoccupations dans cette enquête, c’est bien compréhensible. Au-delà du contexte économique national et mondial, on ne créer pas d’emplois d’un coup de baguette magique.  Cela prend plusieurs années, et encore, à condition de prendre en compte les conclusions de cette enquête. 72% des personnes interrogées soulignent un manque de modernité, 43 % estiment que la situation générale n’a pas évoluée favorablement en Meuse et 41 % trouvent qu’elle s’est dégradée en quelques années. Autre motif d’insatisfaction, la mauvaise image de la Meuse à l’extérieur pour 67 % des interrogés. Par contre, les meusiens sont satisfaits des efforts réalisés sur le scolaire en général (transport, rénovation des collèges etc…). 

Je ne peux m’empêcher de vous renvoyer vers mon blog et sur un article publié il y a deux ans, lorsque j’étais candidat aux élections cantonales. On retrouve pas mal d’inquiétudes soulevées par les meusiens… (cliquez ici)

Bien entendu, dans ce type d’enquête, chacun a sa propre interprétation des actions à mener. Comme j’ai pu le dire et l’écrire à de nombreuses reprises, il est impératif d’investir dans les projets structurants vecteurs d’attractivité (liaisons de qualité aux grand pôles, santé, numérique,…). C’est la seule voie pour donner un avenir à notre département et le temps est venu de s’inscrire dans le long terme pour inverser la tendance. Mais c'est mon interprétation, elle n'est peut-être pas partagée.

 

Vous allez me dire à-ton les moyens ? C’est vrai que nous sommes dans un département rural moins doté que d’autres, mais après c’est aussi une histoire de choix politiques. On peut en parler si vous le souhaitez… Les meusiens viennent de nous demander de nous bouger, ne les décevons pas.

C'est réducteur de résumer l'enquête dans un seul article. Vous pouvez consulter le détail des résultats en cliquant ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

DURIEUX 21/02/2013 11:40


J'assistais hier à une réunion à DUGNY à laquelle vous participiez sur le thème de l'intercommunalité.Force est de constater que les citoyens sont très égoistes et ne pensent pas à l'avenir
de leurs enfants.


Continuez à vous battre car la gestion de votre commune est un modèle et vos explications sont très claires.


Bravo !


 


 


 

Julien DIDRY 21/02/2013 12:41



Merci pour vos encouragements ! D'un autre côté, on peut comprendre la réaction de certains habitants qui n'ont que l'information (ou désinformation) qu'on leur donne...


En tout cas, j'ai apprécié cette réunion, même si nos propos sur l'avenir sont moins simples à transmettre, elle a eu le mérite de nous donner la parole. Mais il faudrait des heures pour entrer
dans le détail de tous les points qui ont été survolés. En tout cas, une chose est certaine, c'est l'avenir de grand verdunois qui nous motive. Je reste à votre disposition si vous le jugez
utile.