La France vue d'ici...

Marine Le Pen et les signatures : communication ou réalité ?

7 Février 2012 , Rédigé par Julien DIDRY Publié dans #Politique

Marine le Pen fait la une des médias depuis quelques jours autour de ses difficultés à récolter le nombre de signatures pour se présenter à l’élection présidentielle. Stratégie de communication ou réalité ?

Pour rappel, toute personne qui souhaite se présenter à la plus haute responsabilité de l’état, doit réunir 500 signatures d’élus. C’est potentiellement 47.000 élus, dont plus de 36.000 maires (un élu ne peut parrainer qu'un seul candidat et ne peut lui apporter qu'une seule signature, même s'il cumule différents mandats). Cette disposition ancienne de plusieurs décennies avait pour objectif de faire une pré-sélection des candidats pour écarter toute candidature fantaisiste et d'en limiter le nombre. Pour certains observateurs, le Front National fait le coup à chaque fois et ce débat n’est pas autre chose qu’une opération de communication. Pas faux, mais allons un peu plus loin dans la réflexion. Le FN estime que des pressions sont exercées sur les élus qui voudraient la parrainer et réclame l'anonymat.

Depuis la dernière élection Présidentielle, les choses ont changé. En 2007, JM Le Pen a réuni 507 signatures et entre temps, le FN a perdu une quarantaine de conseillers régionaux. Des signatures qui étaient acquises. Par ailleurs, souvenons-nous des Maires qui ont soutenu JM Le Pen en 2007 et montrés du doigt dans les médias après l'élection. Difficile d'aller expliquer à sa population que c'était pour faire vivre la démocratie. Pour un parti politique qui réuni plusieurs millions d'électeurs, ne pas arriver à rassembler 500 signatures sur 47000 met en évidence que les élus ne veulent pas s’afficher comme soutien au FN aux yeux de leur électorat. Est-ce que Marine Le Pen aura ses 500 parrainages ? Réponse à la mi-mars. Si ce n'était pas le cas, ce serait un cataclysme politique qui laisserait des traces.

Pendant le même temps, un candidat «Dédé l'abeillaud», déguisé en insecte butineur, se targue d'avoir déjà réuni près de 300 promesses de signatures de maires... Il se pose en défenseur du réseau apicole et défenseur de l'environnement. La règle des 500 signatures a donc des conséquences paradoxales, elle limite de moins en moins le nombre de candidats et d’autre part, certains candidats représentant des millions d'électeurs risquent de ne pas pouvoir se présenter. Ce système n’est plus adapté et mérite d’évoluer. Si on n’est pas d’accord avec les idées du FN, il est plus sain de les combattre sur le terrain démocratique. Une bombe à retardement...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jeans 20/02/2012 15:07


Bonjour Mr Didry,


Merci pour votre réponse et à bientôt. J

Jeans 14/02/2012 21:08


Bonjour Mr Didry,


Je n'ai pas compris quelle évolution du système de présélection des candidats à l'élection présidentielle vous appelez de vos voeux. Vous plaidez pour un changement, mais lequel ? Etes-vous
favorable à l'anomymat des maires qui donnent leur signature ? Ou bien à un "parrainage citoyen" au sens où un(e) candidat(e) potentiel(lle) devrait réunir les signatures de x milliers ou
centaines de milliers de citoyens électeurs ? ou bien pensez-vous à une autre solution ? Quelle est votre proposition exactement ? Merci d'avance pour votre réponse. J

Julien DIDRY 14/02/2012 21:38



Bonsoir,


Une chose est certaine, le système est à revoir. Soit on conserve le système actuel, mais il faut que les choses soient claires sur le rôle des Maires. Pour les citoyens, en donnant sa signature,
le Maire soutien le candidat. Si on lui confie le rôle d'organiser la démocratie ce serait peut-être différent (je ne suis pas trop favorable à l'anonymat).


Mais pour régler le problème qui est évoqué dans ce billet, on pourrait aussi ajouter un paramêtre supplémentaire comme dans d'autres pays. Si un parti politique, fait plus de XX % à l'élection
précédente (législative par exemple), il peut automatiquement présenter un candidat. Les Maires pourraient conserver leur rôle de filtre (par rapport aux candidatures farfelues..) et les partis
politiques qui représentent des millions d'électeurs ne seraient pas exclus. Il y a effectivement la solution des signatures de citoyens. Même si elle me plaît bien sur le fond, je vois mal
comment la mettre en place sans moyens financiers importants. Imaginez aujourd'hui un candidat qui ecrit au 36000 maires, ça coûte 10000 euros... Il y a sans doute d'autres solutions qu'il faut
étudier au lendemain de l'élection. Mais il y a pas mal de choses à revoir sur le système en général... J'ai oublié de le préciser dans l'article, j'ai donné ma signature à F. Bayrou...