La France vue d'ici...

Merci !

11 Juin 2012 , Rédigé par Julien DIDRY Publié dans #Législatives 2012

Au lendemain de cette élection législative, il y a vraiment de quoi être très satisfait. Faire 14 % sans le soutien d’un parti politique n’est pas très courant. J'ai fait d’excellents scores dans les territoires où je suis reconnu pour mon action et mon bilan. Je suis en tête sur le canton de Charny avec 31 % et quand on regarde les communes que composent la Codecom de Verdun et celle de Charny, je dépasse les 22 %. Un grand merci à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés autour de notre projet du «parti pour la Meuse».  Un mouvement est né…

Sur ce scrutin, il y a deux faits marquants qui interpellent. Tout d’abord,  voir le député sortant faire un score si élevé au moment où tout le monde semblait avoir envie de renouvellement (alors qu’il brigue un septième mandat) est plutôt surprenant. Le deuxième fait marquant est le score important du Front National avec 16,59 % des voix.  Signe d’une ruralité oubliée ?

Pour le second tour, la question du désistement pour un candidat s’est posée. L’équipe qui m’entoure est diversifiée et c’est démocratiquement que nous avons décidé de ne pas donner de consignes de vote. Il y a ceux qui voteront selon leur sensibilité politique et d’autres qui iront au-delà et donneront leurs voix au candidat qui s'approche le plus de certains axes de notre programme.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Randolph Carter 11/06/2012 22:50


Il n'ya rien d'étonnant à ce que Jean-Louis Dumont fasse un bon score. Cela montre que l'enjeu national de ces élections interpelle les Meusiens qui recherchent, tout comme un grand
nombre d' électeurs français, la cohérence et la rationalité politique.


Quant au score élevé du Front national, il traduit malheureusement une triste réalité sociologique et la radicalisation d'une ruralité aux abois. 

Julien DIDRY 13/06/2012 18:17



Sur l'autel de la rationalité politique on oublie les territoires ruraux (qui sont pourtant un enjeu national) et on arrive à une radicalisation d'une ruralité aux abois.. Belle cohérence.