La France vue d'ici...

Verdun, au coeur d'une anomalie territoriale

5 Août 2012 , Rédigé par Julien DIDRY Publié dans #Intercommunalité

Comme dans certains départements de France, le débat sur l’intercommunalité en Meuse divise les élus, notamment autour de Verdun. Je ne vais pas revenir en détail sur le sujet, vous pouvez consulter les articles publiés sur ce blog en cliquant ici. Je voudrais seulement pointer du doigt une anomalie qui concerne trois villes en France dont Verdun.

Pour rappel, Madame le Préfet a proposé un rassemblement de quatre communautés de communes avec Verdun, Charny, Val de Meuse (Dieue) et Voie Sacrée (Souilly) représentant un peu plus de 40000 habitants. Parallèlement, le Maire de Verdun a ouvert un débat sur la création d’une communauté d’agglomération qui apporterait des moyens financiers plus importants. Un projet soutenu par de nombreux Maires, vu le contexte économique local et les enjeux de développement et d’aménagement de notre territoire. Mais c’est aussi un projet qui effraie certains collègues, compte-tenu de la nécessité de rassembler environ près de 100 communes pour atteindre le seuil de création fixé par la loi à 50000 habitants. Au Sud de la Meuse, la Codecom de Bar-le-Duc va se transformer tranquillement en communauté d'agglo... En effet, le seuil est fixé à 30.000 Habitants à Bar-le-Duc (contre 50000 à Verdun), sous prétexte de son statut de chef-lieu de département. Depuis quand l’échelon administratif est plus important que l’aménagement du territoire ? Nord/Sud, une fracture de plus ?

Le Sénat étant le représentant des collectivités territoriales, avec quelques élus locaux nous avons rencontré en juillet 2011, le Sénateur et ministre Gérard Longuet. Lors des débats sur l'intercommunalité, j'ai insisté sur la particularité de la Meuse où la ville de Verdun est plus peuplée que le chef lieu du département. Etant Ministre, c'est son suppléant Claude Léonard qui a déposé une proposition de loi enregistrée au Sénat le 8 septembre 2011. Elle visait à  permettre la  création d’une  communauté d’agglomération à partir de 30000 habitants autour de la commune la plus peuplée d’un département. Après les élections sénatoriales de septembre 2011, cette loi est restée à l’état de proposition et n’a jamais été débattue.

Lorsque j’évoque cette ineptie territoriale avec certains élus, ils me rétorquent qu’en période de crise, ce serait donner à trop de communes en France la possibilité de se regrouper en communautés d’agglomération (avec les dotations financières qui vont avec…). Bref, c'est balayer d’un revers de main un sujet, sans aller au fond des choses…

D’après les informations que j’ai pu rassembler (qui restent à affiner), il y a en France environ de 45 communes, qui comme Verdun, sont plus peuplées que leur chef-lieu de Département. Si on fait abstraction des villes déjà regroupées en communauté d’agglomération, et celles qui ont plus de 50000 habitants (le fameux seuil), seules trois villes seraient concernées par la loi : Verdun pour la Meuse, Pamiers pour l’Ariège et St Dizier pour la Haute-Marne.

En tout état de cause, cette loi si elle était adoptée, aurait un impact financier négligeable au niveau national, mais serait extrêmement bénéfique à l’échelle d’un territoire comme le nôtre avec une faible densité d’habitants au M2. L’abaissement du seuil permettrait donc la création d’une communauté d’agglomération autour de Verdun avec les codecom volontaires et laisserait le temps aux autres de la rejoindre dans le temps. 

Il est essentiel de donner à nos territoires ruraux des moyens pour qu'ils puissent prétendre à des infrastructures vectrices d’attractivité au service de l'économie locale et des populations. C'est le sens du courrier envoyé il y a quelques jours au Sénateur Longuet pour réactiver cette proposition de loi.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Francis 05/08/2012 11:20


C'est avant tout l'organisation administrative de la France qui est une anomalie territoriale ...